3 minutes 1 an

Une session du Conseil national du dialogue social (CNDS) a eu lieu le Vendredi 09 septembre 2022. Cette réunion exceptionnelle à l’initiative du gouvernement a permis aux ministres présents de réaffirmer la volonté des autorités togolaises à continuer la concertation et l’écoute par rapport aux doléances des travailleurs. Ces derniers ont fait part de leurs préoccupations et invité le gouvernement à faire davantage pour juguler la vie chère.
La réunion a connu la participation d’une très forte délégation du gouvernement composé notamment des ministres Gilbert Bawara, Sani Yaya, Dodzi Kokoroko, Christian Trimua, Kodjo Adedze, Adjovi Apedo-Anakomah. Elle a été élargie aux représentants des fédérations des syndicats du secteur de l’éducation, au collectif des syndicats de base du secteur de la santé, aux représentants de l’Union nationale des associations de parents d’élèves, de la Coalition nationale pour l’éducation pour tous ainsi qu’aux responsables de l’enseignement confessionnel.
« La réunion nous permis de réaffirmer notre volonté d’écoute et de dialogue, de réaffirmer notre souci de préservation et de renforcement du climat d’apaisement social », a déclaré Gilbert Bawara, ministre en charge du dialogue social.Et d’ajouter que le gouvernement est conscient que les périodes de rentrée scolaire sont des moments d’angoisse pour les parents d’élèves par rapport à la situation de la vie chère et au coût des fournitures. Il a évoqué la situation en Ukraine et son impact marqué par une inflation galopante, l’augmentation des prix des produits pétroliers, la crise sécuritaire avec les attaques terroristes enregistrées dans la région des savanes. Des situations qui ont provoqué la vie chère.
« Nous avons écouté aussi les préoccupations des organisations syndicales. Nous avons pris conscience que nous devons renforcer le contrôle sur le marché notamment sur les produits ayant bénéficié de l’exonération des taxes pour nous assurer qu’il n’y ait pas de commerçants véreux qui refusent de répercuter les exonérations sur les prix des produits », a indiqué Gilbert Bawara.
Le ministre de la fonction publique a salué l’esprit d’écoute, la volonté d’apaisement pour que la rentrée scolaire puisse avoir lieu et que les activités pédagogiques puissent se dérouler dans un climat de sérénité.
A ce sujet, Gilbert Bawara s’est félicite du respect des engagements prescrits par le protocole d’accord signé en 2019 et le vu mémorandum d’entente conclu en mars 2022 tant par les syndicats d’enseignants et le gouvernement.

3 minutes 1 an

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *