4 minutes 1 an

Une trentaine de Chefs d’État et de gouvernement dont le Président Togolais Faure Essozimna Gnassingbé, prennent part depuis ce samedi 19 novembre 2022 à Djerba en Tunisie, aux travaux du 18ème sommet de la Francophonie .
La participation du Chef de l’État Faure Gnassingbé à ce  sommet témoigne de l’attachement du Togo à cette organisation à laquelle notre pays appartient depuis sa création en 1970.
Le discours d’ouverture a été prononcé par Louise Mushikiwabo, Secrétaire générale de l’organisation en présence du Président tunisien Kaid Saied et du Président français Emmanuel Macron.


Elle a fait l’historique de l’organisation en rendant un hommage aux pères fondateurs particulièrement à Habib Bourguiba, le père de la nation tunisienne.
Louise Mushikiwabo a dressé un bilan sommaire de son mandat marqué par quelques difficultés liées à la pandémie à Coronavirus, aux crises aux conflits, et à l’inflation etc.
Néanmoins, affirme-t-elle, au cours des deux dernières années, les actions menées ont permis de rendre pertinente l’organisation face aux enjeux globaux qui risquaient de faire perdre confiance aux populations.
En termes de perspectives, la Secrétaire générale de la francophonie s’est dotée d’un nouveau cadre stratégique 2023-2030 qui guidera les actions de l’OIF avec en ligne de mire, trois axes principaux avec de grands projets à fort impact qui seront développés avec des thématiques précises : la langue française, la francophonie économique et numérique, l’éducation etc.
Sur la même période, l’influence de la francophonie sera renforcée pour demeurer un trait d’union entre les peuples. L’organisation entend également profiter du dynamisme des pays membres pour accroitre son attractivité tout en multipliant les efforts pour l’emploi des jeunes.
Pour l’édition 2022, 89 délégations ont fait le déplacement de l’île de Djerba. Les travaux tourneront autour du thème central, « Connectivité dans la diversité : le numérique vecteur de développement et de solidarité dans l’espace Francophone».
Dans le domaine du numérique justement, le Togo a une longueur d’avance sur plusieurs pays. Pour preuve, notre pays développe un ambitieux programme « Togo digital 2025 » de la feuille de route gouvernementale.
Cet engagement en faveur du numérique a d’ailleurs été le critère phare pour lequel notre pays a été sélectionné parmi les 10 États membres de la francophonie pour le pilotage du projet D-CLIC.
L’objectif de ce projet étant de renforcer les compétences numériques individuelles et professionnelles des jeunes et des femmes de l’espace francophone pour améliorer leurs qualifications et l’accès à l’emploi.

4 minutes 1 an

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *