4 minutes 12 mois

La journée internationale des droits de la femme a été célébrée le mercredi 8 mars 2023. Cette journée officialisée par l’organisation des Nations-Unies en 1977, vise à faire le point de l’avancement des droits de la femme dans tous les pays et à faire aussi des plaidoyers afin de contribuer à consolider les acquis. Cette année, ONU-Femme a choisi comme thème « pour un monde digital inclusif : innovation et technologies pour l’égalité des sexes ».
Au Togo la célébration de la journée internationale des droits de la femme dont l’apothéose a eu lieu à Kara dans la Kozah, a mobilisé une grande foule de femmes des organisations de promotion des droits de la femme, les groupements et coopératives de femmes etc…. La manifestation a été présidée par la ministre de l’action sociale, de la promotion de la Femme, Adjovi Lolonyo Apédoh-Anakoma, en présence de son collègue en charge de l’artisanat Kokou Eké Hodin, du préfet de la Kozah colonel Bakali Hèmou Badibawou et des partenaires commes le PNUD et Plan international.

Les temps forts ont été la remise de prix d’excellence à 12 lauréates ayant obtenu le BACII en 2022 avec une très forte moyenne et la remise symbolique de matériels au centre informatique de la femme de la région de la Kara ainsi qu’un exposé dont le thème est intitulé « Espace digital et violences basées sur le genre, quelles stratégies pour une lutte efficace ». L’orateur, M. Didémana Mayamba, directeur de la règlementation et du contrôle de conformité à l’Agence nationale de cybersécurité a axé son exposé sur 4 aspects liés aux technologies de l’information et de la communication TIC à savoir: l’élan de digitalisation, le harcèlement basé sur le genre, les cyber- violences, les stratégies de luttes et la législation du digital. A travers tous ces aspects le panéliste a fait ressortir les valeurs ajoutées des TIC pour les femmes, les impacts sur l’économie, la politique, la culture ainsi que les opportunités pour les populations.


Pour la ministre de l’action sociale et de la promotion de la femme, la lutte pour l’égalité genre et son extension aux TIC est le signe de la réalité des progrès qu’elle enregistre au fil des décennies. Elle a relevé les efforts du gouvernement pour répondre aux enjeux liés à cette thématique et combler le gap défavorable aux femmes et aux filles. La ministre Apédoh-Anakoma a invité les uns et les autres à se saisir des opportunités qui s’offrent en matière d’accès aux TIC et surtout à faire preuve d’une grande prudence dans l’utilisation du digital. Le ministre en charge de l’artisanat a, lui, félicité les lauréates des prix d’excellence, une récompense qui s’inscrit dans la politique du gouvernement à travers le programme d’excellence qui vise à faire la promotion de la jeune fille et à encourager ses efforts.

4 minutes 12 mois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *