4 minutes 3 semaines

Lundi 29 avril 2024, plus de 4 millions d’électeurs sont appelés aux urnes pour élire les 113 députés de l’Assemblée nationale togolaise et 179 conseillers régionaux. Après 15 jours d’une campagne électorale qui a pris fin le 27 avril 2024, jour de la commémoration des 64 ans de l’indépendance du Togo, c’est donc l’heure des choix. Si la victoire du parti de la majorité (Union pour la République-Unir) semble « assurée », le double scrutin a des « enjeux de taille » pour l’opposition.

C’est une campagne électorale très enlevée de l’Union pour la République (Unir) qui a été offerte aux électeurs de la région des Savanes. Des caravanes ont permis aux candidats UNIR de toucher du doigt, à travers des meetings, les problèmes évoqués par des populations, militants et sympathisants. Les responsables du parti majoritaire ont sillonné villes villages et hameaux où ils ont dressé et défendu le bilan positif des actions de leur champion Faure Essozimna Gnassingbé, notamment dans les secteurs de l’agriculture, l’environnement, la santé, le développement rural, l’éducation, les problèmes de la jeunesse, la paix et la sécurité, l’investissement économique, mises en œuvre durant ces dernières années, et qui vont continuer avec plus de moyens pour le bonheur de tous les Togolais.

La campagne a été quelque peu terne pour les opposants au parti au pouvoir. Quelques caravanes de motos et des contacts de proximité, ont caractérisé la campagne des partis de l’opposition, comme les Forces Démocratiques de la République (FDR), l’Alliance nationale pour le changement (ANC), l’Alliance des démocrates pour le développement intégral (ADDI), la Dynamique pour la majorité du peuple (DMP), l’Union des forces de changement (UFC), le Nouvel engagement togolais (NET) qui n’ont, en réalité pas vraiment fait de campagne. Pas de grands projets de société proposés aux populations. Les responsables de ces principaux partis politiques d’opposition y sont allés de leurs idées et promesses de pouvoir, à travers les urnes, « annuler la révision de la constitution ». « Objectivement il faut le dire, ils n’ont pas fait une bonne campagne du tout, contrairement aux autres d’en face« , a remarqué un cadre d’entreprise à Dapaong.
Bonne performance en perspective pour Unir ?

La lutte dans la région des Savanes ne sera sans doute pas serrée entre Unir et ses opposants d’en face, même s’il est impossible de prédire qui va gagner les élections. En tout cas, les électeurs des sept préfectures de la région, prendront leurs décisions dans l’isoloir le lundi 29 avril 2024, jour du vote. La vague bleu-ciel qui a paradé à travers ses derniers meetings samedi, est dans l’attente d’une soirée électorale qui risque d’être longue. « Il faut finir par la victoire pour que la fête soit belle », disent les militants et sympathisants du parti Union pour la République.
2 348 candidats étaient en campagne pour les élections législatives et régionales sur tout le territoire togolais.

Septentrional
4 minutes 3 semaines

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *