3 minutes 5 mois

Une quinzaine de jeunes entrepreneurs déscolarisés des régions des savanes et de la Kara ont reçu leur attestation de fin de formation en gestion d’entreprise. C’est à l’issue d’une formation de trois jours qui s’est déroulée du 17 au 20 avril 2023 à Kara. Cette formation s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet d’appui aux investissements agricoles des jeunes PAIAJ. Elle marque la fin de la série de ces formations modulaires de trois mois à l’intention des jeunes primo- entrepreneurs de diverses catégories. C’est le coordonnateur du projet Kossivi Agbo qui a présidé la cérémonie de remise d’attestations à ces jeunes entrepreneurs. Cette série de formations a été initiée à la suite d’un constat qui a fait ressortir que certains jeunes sont exclus des mécanismes traditionnels de financement en raison de leur faible capacité productive et de leur niveau de scolarité. D’où l’initiative du projet PAIAJ pour les accompagner en vue de leur insertion socio-professionnelle.Le projet PAIAJ vient donc corriger les insuffisances des jeunes déscolarisés qui exercent dans les différents métiers en leur donnant une base et des prérequis pour soutenir leurs activités entrepreneuriales et améliorer leur condition de vie. Les jeunes entrepreneurs des régions de la Kara et des Savanes ont été outillés lors de cette formation non seulement sur la création d’entreprise mais aussi à sa gestion. Les connaissances reçues leur permettront de mettre à niveau leur entreprise au même titre que leurs camarades scolarisés. Le coordinateur du projet a expliqué aux jeunes l’esprit du projet PAIAJ qui se traduit par l’appui technique en matériel de travail et auprès des institutions de microfinance. Il leur a demandé de rembourser les crédits qui leur seront octroyés afin de mériter la confiance des institutions financières. Le projet PAIAJ vise à faciliter l’insertion des jeunes défavorisés dans les chaines de valeurs agricoles à travers l’entrepreneuriat. Le PAIAJ offre également des opportunités d’emplois aux jeunes défavorisés dans la production, la commercialisation, et dans la mécanisation, le transport, logistique sur le plan national. QPAIAJ prends aussi en compte les micro, petites et moyennes entreprises, et les micro, petites et moyennes industries établies ou en cours de création afin d’amorcer leur croissance économique et d’établir les bases d’un développement agro-industriel du pays.
Le projet est financé par la Banque africaine de développement (BAD) et l’Etat togolais à hauteur de 817 millions de FCFA.
A terme, il devra permettre l’insertion de 620 jeunes défavorisés.

Septentrional
3 minutes 5 mois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *