4 minutes 7 mois

Un atelier de renforcement des capacités de l’organe délibérant et du personnel administratif des communes de Blitta 3 et Tchamba 2 a été ouvert le 30 octobre 2023, à Tsévié. Organisée par le ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et du développement des territoires avec l’appui de la Fondation Hanns Seidel, cette formation va contribuer à améliorer les services publics de ces communes.

La gouvernance locale nécessite une synergie d’actions des différentes parties prenantes notamment les maires, les secrétaires généraux, les conseilleurs communaux, le personnel des services administratifs, techniques et financiers ainsi que les services de tutelle, la chefferie traditionnelle et les organisations communales de développement.
Dans cette optique, le ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et du développement des territoires place en priorité de ses appuis aux 117 communes, le renforcement des capacités en gouvernance locale qui permettra à chaque acteur de jouer pleinement son rôle.
Au cours des deux jours de travaux, les participants seront édifiés sur les thématiques pertinentes de rénovation du cadre juridique et les compétences des communes, de maîtrise d’ouvrage publique et la gestion des services publics locaux, de développement communal et de montage des projets de développement, de l’urbanisme et affaires foncières des communes.
En ouvrant les travaux, le représentant du ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et du développement des territoires, le directeur de cabinet, M. Robert Baoubadi Bakai, a rappelé que la loi 2007-011 du 13 Mars 2007 relative à la décentralisation et aux libertés locales, ensemble les textes qui l’ont modifiée, précise en son article 7 que « les collectivités territoriales ont pour mission la conception, la programmation et l’exécution des actions de développement d’intérêt local de leur ressort territorial, en particulier dans les domaines économiques, social et culturel. Elles définissent leur politique de développement local et les priorités de financement des projets relevant de leurs domaines de compétences ».
« Ces dispositions mettent en exergue la nécessité des connaissances théoriques et pratiques appropriées d’une bonne gestion communale qui se traduit par un besoin exprimé de renforcement des capacités des acteurs locaux sur les aspects d’ordre organisationnel, administratif, technique et financier pour l’exercice efficace de leurs fonctions », a-t-il expliqué.
M. Bakai a laissé entendre que sous l’impulsion du Chef de l’Etat, Faure Essozimna Gnassingbé, le gouvernement porte la décentralisation comme une priorité et un instrument de réduction de la pauvreté.
« Cette dynamique interpelle tous les acteurs de la gouvernance locale face au défi de l’accès aux services sociaux de base », a-t-il fait savoir.

Septentrional
4 minutes 7 mois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *