5 minutes 8 mois

Le Président de la République, Faure Essozimna Gnassingbé, a pris part, le 31 octobre 2023 à Paris en France, à la 22ème édition du Forum économique international sur l’Afrique sur le thème « Investir en Afrique pour une croissance inclusive et un développement durable ». Elle est organisée à l’initiative du Centre de développement de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et de la Commission de l’Union africaine (UA).

Le Président Faure Essozimna Gnassingbé, est le seul Chef d’Etat invité à cette rencontre économique de haut niveau. Dans son intervention, il s’est félicité de l’organisation de cette rencontre internationale qui vise à mener des réflexions efficientes sur les possibilités d’un investissement durable en Afrique et les réformes structurelles de la finance mondiale.
Devant un parterre de décideurs du secteur public et des représentants du monde des affaires, le Chef de l’Etat a présenté la situation économique en Afrique et s’est montré optimiste pour le continent.
« En dépit de la situation géopolitique et écologique tendue, je suis optimiste pour l’Afrique, parce qu’après plusieurs années difficiles, le continent africain retrouve la croissance et présente de nouveau visage pour les investisseurs » a précisé le Président de la République.

D’ailleurs, les statistiques des institutions internationales donnent raison au chef de l’Etat. En effet, la situation économique du continent s’est traduite en 2023 par la baisse du taux d’inflation qui passe de 10% à 7% depuis le mois de juillet et par une croissance qui devrait repartir à la hausse en 2024, selon les estimations du Fonds monétaire international (FMI).
Pour le Président Faure Essozimna Gnassingbé, le redressement de l’économie africaine est lié aux opportunités d’investissement.
L’embellie peut se poursuivre et se renforcer davantage grâce au dynamisme démographique du continent, à l’intégration économique notamment à travers la ZLECAF, mais aussi aux besoins de financement privé sur le continent. Pour y arriver, le Président de la République propose un rôle de l’Etat, en mettant en place des politiques idoines pour favoriser l’investissement privé et améliorer l’environnement des affaires.
« Il faut repenser le rôle de l’État. Il doit devenir le catalyseur de l’investissement privé. La question du climat des affaires dans ce contexte est importante et le Togo travaille chaque jour sur cette question. »
Le Chef de l’Etat a invité les pouvoirs publics à s’investir dans l’amélioration du climat des affaires, à fournir de bons projets aux partenaires. Il a aussi plaidé, à cet effet, pour un investissement privé accru dans le secteur de l’énergie, l’un des secteurs à forte potentialité économique, dans lesquels le continent peut s’imposer.
« Les opportunités d’investissement en Afrique sont considérables, notamment dans le domaine de la transition énergétique. Face à des besoins de financement immenses, les finances publiques des États africains ne peuvent suffire. Il faut donc qu’une partie plus significative des financements privés se réoriente vers notre continent. Et pour cela, notre tâche, c’est de fournir des bons projets».

Les décideurs du secteur public et des représentants du monde des affaires ont été impressionnés par cette allocution remarquable du Chef de l’Etat qui donne des orientations pertinentes pour améliorer l’accès à un financement abordable et pour mobiliser les investisseurs institutionnels pour le développement du continent.
L’ Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) est une institution internationale qui accompagne les pays en développement et les économies émergentes à trouver des solutions innovantes pour promouvoir une croissance durable et inclusive. Le Togo est membre du Comité directeur du Centre de développement de l’OCDE depuis 2019.

Septentrional
5 minutes 8 mois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *