4 minutes 3 mois

Un dialogue intergénérationnel s’est tenu, le vendredi 08 décembre à l’attention des élèves du lycée Séssaro, dans la commune de Sotouboua 2. Ce dialogue a porté sur les 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes et aux filles qui se tient du 25 novembre au 10 décembre de chaque année.

Organisé par la GIZ au Togo, en collaboration avec le ministère de l’Action Sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation (MASPFA), cet échange s’inscrit dans le cadre de la coopération germano-togolaise.

L’objectif est de contribuer à renforcer un environnement protecteur des femmes et des filles contre les Violences Basées sur le Genre (VBG). Il s’est agi également d’améliorer les connaissances des filles et des garçons sur les VBG, les politiques et les lois en vigueur ainsi que des voies de recours en cas d’abus ou de violences. Il a été aussi question d’augmenter la sensibilité des populations cibles sur la pertinence des perceptions préjudiciables à l’épanouissement des femmes et des filles et de renforcer la confiance et l’estime de soi chez les jeunes en s’inspirant des parcours de vie de femmes leaders et modèles.

Cette séance de sensibilisation a permis aux femmes leaders et modèles de partager avec les jeunes, leurs expériences et parcours typiques en tant que femme émergée et modèle afin de les amener à faire le bon choix pour leur avenir. Elles ont par la même occasion invité les filles élèves à ne pas compter sur le favoritisme pour construire leur vie, mais à rêver grand, à se fixer des objectifs et prendre conscience de leur capacité à aller plus loin si elles le désirent.

Le maire de Sotouboua 2, Mme Agbada Badamilim a salué cette initiative de la GIZ et ses partenaires au Togo qui vient renforcer les efforts du gouvernement en vue de combattre les violences faites aux femmes et aux filles dans les communautés. Elle a convié les filles à s’attacher à leurs études, à être ambitieuses pour devenir des responsables de demain et avoir l’autonomie financière et surtout permettre la représentativité des femmes dans les instances décisionnelles.

La représentante de la directrice générale du Genre et de la promotion de la femme, Mme Beleï Sabine a, pour sa part, exhorté les filles à prendre l’engagement de se consacrer aux études et d’être des leaders du Togo de demain.

La représentante de la GIZ au Togo, Mme Amana Claire a indiqué qu’au Togo les études révèlent que près de 10 filles sur 100 sont victimes de VBG. C’est pourquoi la GIZ s’engage aux côtés du gouvernement pour éradiquer ces comportements répréhensibles et promouvoir l’égalité des droits entre hommes et femmes au Togo.

De nombreux autres leaders communautaires et religieux, des autorités traditionnelles, des responsables des organisations de femmes ainsi que quelques enseignants étaient également présents à cette rencontre.

Septentrional
4 minutes 3 mois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *