3 minutes 1 an

Les travaux de l’atelier de planification couplés de la validation de la phase 2 de la convention de partenariat pluriannuel du projet éducation inclusive et formation professionnelle ont pris fin le jeudi 30 mars 2023 à Kara. Cette rencontre a réuni pendant deux jours plusieurs acteurs du secteur de l’éducation et de la formation professionnelle au niveau national et local. Dans le souci de permettre aux enfants et aux jeunes handicapés considérés comme les plus vulnérables de bénéficier de l’éducation au même titre que les autres enfants, il a été mis en place un projet dénommé « éducation inclusive et formation professionnelle ». Pour soutenir ce projet une convention de partenariat pluriannuel CCP a été signée entre l’Agence française de développement et Handicap International à travers Humanité et inclusion. La première phase d’exécution du projet s’est étalée sur la période de 2018-2021. Elle a été mise en oeuvre dans la région des savanes avant de s’étendre à la région de Kara. Les résultats de cette première phase sont concluants selon les responsables du projet. 1864 élèves handicapés dont 783 filles ont été identifiés, appuyés et accompagnés alors que 711 enseignants et responsables d’ateliers ont vu leur capacité renforcées. Autre acquis de la première phase de ce projet c’est le développement d’actions et de plaidoyer sur les outils de l’institutionnalisation de l’approche éducation inclusive dans les stratégies nationales du Togo.La rencontre de Kara a été donc une occasion pour les acteurs de l’éducation inclusive de redéfinir les étapes à venir et coordonner les énergies en vue de la mise en oeuvre de la phase 2 du projet. Les acteurs ont validé à cet effet la planification de la convention pluriannuel du partenariat AFD et Humanité et Inclusion. Cette deuxième phase couvre la période 2022-2025. Pour la phase 2, les acteurs de l’éducation inclusive se sont accordés à travailler davantage sur le genre avec un accent sur la protection de la jeune fille handicapée. Il sera également mis en place un dispositif d’accompagnement social personnalisé qui met au centre de tout le processus le bénéficiaire lui-même. C’est le directeur régional de l’éducation de la Kara Gnonèguè Kodjo qui a présidé les travaux au nom de son ministre en présence du préfet de la Kozah, Colonel Bakali Hèmou Badibawou et des partenaires.M. Gnonèguè a indiqué que l’éducation de tous les enfants et particulièrement des enfants vulnérables est une préoccupation et reste un défi pour le gouvernement togolais.

3 minutes 1 an

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *