4 minutes 1 an

Une rencontre de dialogue multi-acteurs sur la traite des enfants et jeunes s’est tenue le lundi 24 avril dans la préfecture de Bassar. Ce dialogue est une initiative de la direction préfectorale de l’Action sociale de la promotion de la femme et de l’alphabétisation en collaboration avec l’Association pour le développement inclusif et intégral des populations, ADIIP, basée à Kara. Il a bénéficié de l’appui technique et financier du bureau régional de la Kara de l’ONG Plan International-Togo. La rencontre a regroupé des chefs traditionnels, les membres du cadre préfectoral des acteurs de protection des enfants, des ONG intervenant dans le domaine de la protection des enfants, les maires, des représentants des enfants et jeunes, des organisations de développement à la base et des femmes. L’objectif était d’améliorer la connaissance des acteurs dudit cadre sur les problématiques majeures de la traite des personnes en général et celle des enfants et jeunes en particulier. Les participants ont échangé sur les dispositions prises par l’Etat togolais dans le cadre de la lutte contre la traite des personnes et surtout la protection des enfants et jeunes.  Ils ont été édifiés sur l’arrêté portant nomination des membres des Commissions préfectorales de lutte contre la traite des personnes (CPLTP) et sur la nouvelle loi portant protection des apprenants contre les violences à caractère sexuel au Togo. Ils ont  échangé également sur la nouvelle politique de protection des enfants et des participants au programme de l’ONG Plan International Togo. Le cadre juridique national et international et les sanctions sur la traite des personnes et des enfants ont été également abordés. 

A l’issue de la rencontre, les acteurs s’engagent à mettre en application sur le terrain des acquis du dialogue, signaler systématiquement les cas de violation des droits des enfants et jeunes, mener une large sensibilisation permettant la vulgarisation au sein des populations les lois et autres dispositions juridiques relatives à la lutte contre la traite des personnes et des enfants au Togo. Le secrétaire général de la préfecture, Nadjombé Napo a salué cette initiative et invité les participants à un travail plus profond au sein de la population en vue d’éradiquer le phénomène de la traite des enfants. La représentante de Plan international Togo, Mme Badjola Timente a relevé les causes et les conséquences de la traite des enfants et déploré le phénomène dans la préfecture. Elle a exhorté chacun au respect strict de la nouvelle politique de sauvegarde des enfants et jeunes en vue du développement intégral des communautés.

4 minutes 1 an

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *