3 minutes 6 mois

La 3è édition du Sommet de l’industrie financière africaine (AFIS), s’est ouverte le mercredi 15 novembre 2023 à Lomé. Quelque mille leaders et acteurs de premier plan vont animer la vie économique du Togo autour du thème de la construction d’une «industrie financière africaine de classe mondiale ». Les participants venus de 55 pays, auront des conférences, des ateliers, des tables rondes, des sessions de networking et des signatures d’accords.

C’est le Chef de l’Etat togolais, Faure Essozimna Gnassingbé qui présidé la cérémonie d’ouverture des travaux de ces grandes assises, en présence de plusieurs personnalités venues d’horizons divers.
Faure Essozimna Gnassingbé, a relevé qu’ « Il incombe à nos États de valoriser les opportunités offertes par nos pays. Cette promotion s’applique bien entendu aux projets individuels, comme nous le pratiquons lorsque le gouvernement rencontre des investisseurs pour financer des projets spécifiques. Et nous savons tous que ces investisseurs se plaignent souvent d’un manque de pipeline dans nos pays »
Tout en indiquant que  »le dynamisme économique en Afrique de l’Ouest a de quoi nous laisser optimistes », Faure Gnassingbé souligne que « l’Afrique subsaharienne tout entière s’engage sur le chemin de la reprise. À plus long terme, la ZLECAf saura ancrer cette reprise dans la durée ».

Le leader togolais a saisi l’occasion pour appeler le continent africain à un sursaut face au traitement dont il fait l’objet sur le plan de l’économie mondiale.
 »Nous ne pouvons reprendre le contrôle du récit africain sans une action concertée. L’ Afrique doit regagner collectivement la maitrise de son narratif », a martelé le Président togolais.
Pour la directrice de l’AFIS, Ramatoulaye Goudiaby, il s’agit désormais de « tirer partie de la situation plutôt que d’attendre que l’orage passe, car l’Afrique est la nouvelle frontière ».

Septentrional
3 minutes 6 mois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *