3 minutes 6 mois

Le taux de prévalence du VIH/SIDA au Togo se révèle plus important chez les femmes que chez les hommes. Selon les données statistiques réalisées en 2019, il ressort que sur 113.000 personnes malades du VIH/SIDA, 65.000 sont des femmes. Plusieurs enquêtes réalisées montrent également que ce sont ces femmes malades du VIH/SIDA qui payent le lourd tribut en matière de stigmatisation et de discrimination dans nos milieux. Cette situation inquiétante empêche ces personnes vivant avec le VIH/SIDA d’avoir accès aux services sociaux de base pour leur épanouissement. Le ministère de l’action sociale s’inscrivant dans une dynamique de combat en collaboration avec le Conseil National de Lutte contre le VIH/SIDA CNLS, ont entrepris des actions de sensibilisation en l’endroit des communautés de certaines préfectures du Togo.

L’objectif est d’impliquer les populations en mettant en place des cellules communautaires cantonales de veille et de lutte contre la stigmatisation et la discrimination des femmes et filles affectées par le VIH/SIDA. Dans ce contexte, une rencontre a été organisée à Kara les 13 et 14 novembre 2023 à l’intention des chefs traditionnels, leaders d’opinion et groupes organisés. Au cours de cette formation, un rappel sur la terminologie du VIH/SIDA, la situation de cette pandémie au Togo et un exposé sur les dispositions légales sur la lutte contre la stigmatisation et la discrimination des femmes et jeunes filles ont été partagés avec les participants.

Ces acteurs doivent contribuer, non seulement, à l’effort de lutte mais à servir de relais dans la vulgarisation des textes en vigueur.
Le préfet de la Kozah, colonel Bakali Hèmou Badibawou a salué les efforts du gouvernement en matière de lutte contre le VIH/SIDA et appelé les participants à traduire dans les actes les acquis de la rencontre.
La directrice de la famille et éducation de la jeune fille Mme Boko Affi a décliné le rôle assigné aux cellules communautaires cantonales et insisté sur la contribution réelle que ces cellules communautaires devraient apporter pour garantir la dignité de la femme et de la jeune fille face à la discrimination et à la stigmatisation.

Septentrional
3 minutes 6 mois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *