3 minutes 2 semaines

Le ministre délégué de l’enseignement technique, Kokou Eké Hodin, a officiellement lancé le jeudi 04 juillet 2024 à Sokodé, la phase de formation des jeunes couplée du renforcement des capacités de vingt-huit (28) formateurs ou tuteurs. S’inscrivant dans le cadre du projet de formations de courtes durées (FCD), cette initiative bénéficie de l’appui technique et financier du Fonds national d’apprentissage, de formation et de perfectionnement professionnels (FNAFPP).

Elle est mise en œuvre par le ministère en charge de l’enseignement technique à travers la direction de la formation professionnelle et de l’apprentissage (DFPA). Il vise à rendre plus accessible l’insertion des jeunes dans les secteurs porteurs d’emploi notamment le maraichage, la transformation de fruits, l’ élevage de volailles locales et la pisciculture.

Pour la formation qui dure quatre jours, ils sont vingt-huit (28) enseignants formateurs ou tuteurs à prendre part, tous issus de 14 entreprises et centres de formation sélectionnés en andragogie et en techniques d’organisation et de gestion des formations de courtes durées. Il projette renforcer la capacité des participants pour qu’en retour ceux-ci mènent à bien leur mission qui est de former 100 jeunes.

Le ministre kokou Eké Hodin vanté les mérites de l’enseignement technique avant de rappeler le souci du gouvernement de voir ce projet réussir afin de lutter contre le chômage et valoriser la consommation locale.
Le directeur de l’Institut National de Formation et de Perfectionnement Professionnel et formateur, Emile Kossi N’Guissan, a souligné que les modules de formation sont orientés vers comment préparer une action de formation à l’endroit des adultes pour atteindre les objectifs et surtout comment évaluer cette formation.
Plutôt dans la matinée le ministre s’est rendu au lycée d’enseignement technique de Sokodé (LETP-S) pour s’assurer de l’effectivité du déroulement de la deuxième partie de la session de Juin 2024 de l’examen du Certificat d’Aptitude Professionnel (CAP).
947 candidats affrontent l’examen du CAP dans la région Centrale.

Septentrional
3 minutes 2 semaines

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *